L’évaluation des synergies, réel enjeu lors d’opération de fusions-acquisitions

Le développement par fusions-acquisitions constitue, aujourd’hui, l’un des modes de croissance des entreprises les plus fréquents. Les fusions-acquisitions sont des opérations de regroupement ou de prises de contrôles d’entreprises cibles, réalisées par l’intermédiaire d’un achat ou d’un échange d’actions. Ces opérations constituent l’une des principales pratiques de la croissance externe et sont utilisées par les entreprises dans le but d’accroître leurs activités économiques et d’augmenter leur profit.

L’annonce d’une opération de fusion est le plus souvent accompagnée d’une estimation chiffrée des synergies potentielles de l’opération qui résultent de la mise en commun des ressources de l’acquéreur et de la cible.

La présence de synergies identifiables et réalisables justifierait le paiement d’une prime de contrôle aux yeux du marché et la viabilité de l’opération. La prime de contrôle représente le prix supplémentaire par rapport à la valeur du marché d’une société qu’un investisseur paie pour détenir le contrôle du capital de cette société.

Une actualité récente confirme l’enjeu de l’évaluation des synergies : après l’annonce de la mise en vente de la filiale SFR du groupe Vivendi, fin 2013, deux potentiels acheteurs (Bouygues et Numéricable) ont déposé des offres sérieuses d’acquisition. Les motivations d’acquisition de ces deux candidats reposent sur de fortes synergies d’infrastructure, de doublons de métiers, de compétences, ce qui leur permettrait d’obtenir un avantage compétitif sur le marché des télécoms.

Mais peut-on réellement présager de la pertinence et de la fiabilité de l’évaluation des synergies réalisables?

L’évaluation des synergies impliquerait une transparence des données relatives aux deux entreprises afin de parfaire cette combinaison.

Or, dans un premier temps, seules les informations du domaine public sont disponibles : bilan, compte de résultats parts de marché, produits, technologies. Mais ces données sont insuffisantes pour identifier de manière rigoureuse les synergies possibles.

La fiabilité du calcul des synergies dépend de la collecte d’informations sensibles et confidentielles, comme entre autre, les ventes et la rentabilité par produit et par client, les accords avec les fournisseurs, les investissements en R&D.

La non réalisation des synergies espérées est une des principales causes d’échec des opérations de fusions acquisition. C’est pourquoi une juste évaluation des synergies potentielles et de leur faisabilité semble être le facteur clé de succès de ces opérations. La compréhension des facteurs de synergies comme source de création de valeur lors de fusions-acquisition se révèle dès lors être un enjeu essentiel.

L’évaluation des synergies est complexe et requiert de la prudence. Les sources de synergies ne sont pas toutes quantifiables : apports des ressources humaines et de leur compétence sur la création de valeur, impact de la flexibilité managériale.

En effet, la valeur associée aux synergies est seulement estimée, et donc non garantie. Elle comporte une part de risque non compressible en ce qu’elle est un événement qui dépend de plusieurs variables aléatoires dont l’incertitude sur leur identification et leur mise en œuvre. L’erreur à ne pas commettre est de surestimer les synergies ou de faire preuve d’optimisme dans leur transformation en valeur tangible.

Néanmoins, en raison d’un trop grand optimisme des chefs d’entreprises, les synergies peuvent être peu rigoureusement évaluées. Ainsi la prime de contrôle atteint un niveau si élevé qu’il devient difficile de la rentabiliser.

Pour éviter tout type d’erreur dans l’identification et la qualification des synergies, nombre d’entreprises font appel à des consultants externes possédant une expérience sectorielle et fonctionnelle des problématiques pouvant apparaitre.

Lorsqu’elles sont évaluées sur des bases réalistes, les synergies se révèlent être un formidable levier pour restructurer l’entreprise, la rendre plus performante, améliorer sa compétitivité et lui permettre de développer des relais de croissance profitable sur le long terme.

La bonne évaluation des synergies apparait donc comme la clé du succès des fusions-acquisitions.

Anna Ziri
Université Paris-Dauphine

Pour en savoir plus :

 

  • Autorités des marchés financiers, Rapports financiers des opérations de fusions-absorption
  • CEDDAHA F., Fusions acquisitions.
  • CORDING M. & CHRISTIMANN P. & BOURGEOIS L.J, A focus on Resources in M&A Success: A Literature Review and Research Agenda to Resolve Two Paradoxes.
  • DAVID R. & THOMAS L.G, Direct estimation of synergy: A new approach to the Diversity Performance Debate.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*