Le management « à la française » : un modèle qui s’essouffle

Les start-up connaissent aujourd’hui un grand succès grâce à leur mode de fonctionnement, qui repose avant tout sur l’innovation, l’esprit d’équipe et la créativité. A priori trois ingrédients qui n’ont rien de révolutionnaires, mais pourtant trop souvent ignorés dans les grandes entreprises françaises.

En effet, le management à la française repose essentiellement sur des outils financiers, à commencer par le salaire ou les avantages sociaux. Si cette méthode présentait des résultats convaincants il y a quelques années, ce n’est aujourd’hui plus le cas. D’une part, il est difficile pour les entreprises, dans le contexte économique actuel, d’augmenter significativement les salaires ; d’autre part, un certain nombre d’études ont pu démontrer que l’aspect financier d’un emploi n’était plus le seul facteur pris en compte par les salariés. Opportunités de carrière, intérêt des missions confiées, climat de travail au sein de l’entreprise, autant de facteurs considérés aujourd’hui comme essentiels par les salariés. Car si le travail permet avant tout de subvenir à ses besoins, c’est aussi un moyen de s’épanouir personnellement et professionnellement en cultivant son capital personnel. Or, cet idéal semble inaccessible dans les entreprises françaises.

Beaucoup reprochent au management à la française de ne pas assez individualiser les salariés, qui ne seraient que des exécutants et non des décisionnaires. Et pour cause. Le manager français se caractérise en effet par la prise de décision sans consultation, et sans aucune recherche de consensus avec les opérationnels. En somme, la décision est imposée par le manager à son équipe. À lui ensuite de faire preuve de persuasion pour que celle-ci y adhère et soit motivée. Ce modèle est contesté aussi bien à l’étranger qu’en France car il implique trop peu les salariés dans leur mission. Faute d’être suffisamment considérés dans leur travail, ces derniers sont donc démotivés et peu enclins à s’investir personnellement dans leur entreprise.

À l’inverse, en Allemagne, le manager met un point d’honneur à rechercher le consensus. Exprimer son point de vue est tout à fait normal pour un salarié allemand. Lorsqu’une décision est prise, c’est donc toute l’équipe qui la soutient, ce qui facilite grandement sa mise en œuvre. Un tel fonctionnement est rendu possible par une conception de la hiérarchie moins stricte qu’en France. En effet, tout est fait pour faciliter le dialogue : pas de code, ni de comportement particulier à adopter envers la direction. Le manager reste accessible et disponible pour son équipe. En France, en revanche, la place de la hiérarchie est primordiale et s’inscrit dans une culture de l’élitisme. Cette particularité française, si elle peut encourager à l’excellence pour se démarquer, peut aussi exacerber la compétitivité en interne et constituer un obstacle à l’esprit d’équipe.

Les entreprises françaises prennent de plus en plus conscience de ces dysfonctionnements et tentent d’y remédier. Les efforts pour encourager la créativité des salariés et leur implication dans l’entreprise se multiplient, tandis que les managers se voient proposer de nouvelles formations pour améliorer leurs méthodes managériales. À l’image des start-up, il ne s’agit pas de copier les modèles étrangers, mais plutôt d’en retenir l’idée centrale, soit valoriser l’humain et le repositionner au cœur de l’entreprise.

Chloé Bougard

 En savoir plus :

ESTIVAL Laurence, « Le management à la française vivement critiqué par les étrangers », L’Express, L’Entreprise, publié le 25/02/2015

http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/management/le-management-a-la-francaise-critique-par-les-etrangers_1653604.html

LARIVIERE Sylvie, « Le management français et allemand : comparaison et différences », Connexion Emploi (site emploi franco-allemand)

http://www.connexion-emploi.com/fr/a/le-management-francais-et-allemand-comparaison-et-differences

CAILLOCE Laure, « C’est quoi avoir l’esprit start-up ? », Capital, publié le 15/04/2014

http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/c-est-quoi-avoir-l-esprit-start-up-925485

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*