La Chine pourra-t-elle accueillir la coupe du monde de football ?

Lorsque nous regardons les derniers résultats de la Chine, nous constatons qu’elle n’arrive qu’en 82ème position du classement de la FIFA et que des pays comme le Rwanda ou l’Arménie sont mieux placés. Pour rappel, seules les 32 premières équipes participeront à la prochaine coupe du monde.

Nous pensions que c’était une idée absurde

Quand nous analysons les chiffres, nous constatons qu’il y a moins d’un million de Chinois qui jouent au foot sur plus de 1,3 milliards de personnes, ce qui représente moins de 0,1% de la population. En comparaison, l’ Allemagne compte 81 millions d’habitants et plus de 6 millions d’entre eux jouent au football. La Chine compte pourtant bon nombre de sportifs de haut niveau. Il suffit pour s’en convaincre de regarder la retransmission des Jeux olympiques où l’hymne chinois se fait de plus en plus entendre. En effet, si la Chine est pourvoyeuse d’un nombre incalculable de talents dans la plupart des sports individuels, et le tennis de table en est un bon exemple, elle pèche dès qu’il s’agit de sports collectifs.

Moyens financiers énormes

bbDepuis plusieurs années, les milliardaires chinois, toujours plus nombreux, investissent massivement dans le sport et n’hésitent pas à attirer des stars du ballon rond dans le pays et ainsi muscler des équipes locales souvent atones. Parfois, ce sont des entreprises qui décident de s’engager en faveur de telle ou telle équipe, comme le géant Alibaba qui a racheté 50% des parts d’une équipe de Guangzhou. La Chine a également fait appel à des entraîneurs reconnus tels que l’Italien Marcello Lippi ou le Suédois Sven Eriksson ou à des joueurs célèbres tel le Français Nicolas Anelka qui, en 2011, a signé un contrat lui accordant le vertigineux salaire hebdomadaire de 234 000 euros ; contrat rompu par l’intéressé un an plus tard. Le pays veut attirer des grandes vedettes du sport et n’hésite pas, pour ce faire, à dépenser des sommes astronomiques. Dernier exemple en date : Asamoah Gyan. Le joueur a ainsi été transféré dans l’équipe de Shanghai pour un salaire annuel de 16 millions d’euros… soit plus que Neymar. Le club qui a la plus grande quote en Chine est Manchester United.

Début difficile

Cependant, malgré ces contrats mirobolants, le football chinois ne parvient pas à décoller. L’exemple le plus probant étant certainement l’équipe nationale chinoise, formation qui n’a participé qu’à une seule coupe du monde… il y a 13 ans. De plus, en n’inscrivant qu’un seul but pour neuf encaissés, le pays s’est vu éliminer dès les phases de poule. Autre problème majeur dans le monde du sport chinois : la corruption. Très présente en Chine, la corruption a contraint le gouvernement à se saisir du problème et les autorités ont procédé à l’arrestation d’une dizaine de dirigeants et d’arbitres corrompus. Egalement entachée par le scandale, l’équipe de Ghangzhou s’est vue reléguée en D2 après avoir été accusée d’avoir « influencé » des matchs. Evergrande a depuis racheté l’équipe et lui a donné les moyens de ses ambitions en s’adjoignant notamment les services de joueurs internationaux. Pari audacieux mais qui s’est révélé payant : cette équipe est aujourd’hui la première formation chinoise à avoir remporté la ligue des champions asiatique. Le vice-premier ministre, Liu Yandong, a déclaré que « le développement du football était une base requise pour la Chine si elle voulait parvenir à son but de figurer aux côtés de l’élite mondiale pour participer aux grands événements sportifs » (Jeux olympiques, Coupe du monde) «Le football n’a jamais fait l’objet d’une promotion sérieuse dans les écoles chinoises en raison de la prédominance des études», a déclaré le vice-doyen de l’Université sportive de Pékin, Wu Wenqiang.

ccLe football Made in China

Le président chinois, Xi Jinping, a été élu en 2011 et suscite depuis beaucoup d’espoir. Fan de football, il a de grandes ambitions pour ce sport. Il souhaite notamment mettre en place une politique de développement du sport ambitieuse pour tenter, à terme, de faire de l’équipe nationale l’une des tenantes du titre. Le président incite également les jeunes à faire du football à l’école et a pour cela envisagé un vaste plan de réformes parmi lesquelles nous pouvons citer que le football sera une matière obligatoire en primaire et secondaire et que le nombre d’écoles de football passera de 5000 à 20000 d’ici 2020. Les réformes annoncées visent à concrétiser deux objectifs qui lui tiennent à coeur : organiser la coupe du monde en 2026 et gagner une coupe du monde. Très concerné, le président chinois aurait également déclaré : « Il faudrait inciter les bébés chinois à jouer au football ».

Pour conclure

La Chine est une grande nation du sport mondial mais elle reste encore loin de pouvoir rivaliser avec le foot anglais, allemand ou brésilien. Aussi, le président fait son possible pour susciter l’intérêt des enfants pour ce sport. Lorsqu’il a invité la star David Beckham, le président a déclaré « son arrivée attirera l’attention internationale sur le football chinois et son engagement personnel aidera le football chinois à devenir plus international » a indiqué la CSL. La lutte contre la corruption menée par le gouvernement prouve sa bonne volonté de créer et de développer une structure saine. La Chine dispose d’un budget énorme pour organiser la coupe du monde et a su prouver son sens de l’organisation lors des JO de 2008. Avec les réformes annoncées précédemment, la Chine devrait à terme être reconnue comme une nation du football et attirer à elle plus de joueurs internationaux. Nul doute qu’un bon résultat de l’équipe nationale à la coupe du monde aura pour conséquence l’explosion du nombre de licenciés. Et, dans un pays qui compte 1,3 milliards d’habitants, le marché qui en découlerait, notamment en matière de baskets ou de tenues de sport, serait tout simplement énorme

Et vous, que pensez-vous de l’espoir de la Chine d’accueillir la coupe du monde de football en 2026 ?

Olivier VEROT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*