Bilan critique de la politique monétaire de la Banque Nationale Suisse

Le Franc Suisse (CHF) connait une période de forte appréciation par rapport à l’euro, en raison de la demande des investisseurs étrangers. L’intervention de la Banque Nationale Suisse (BNS) pour maintenir le Franc à une parité plancher face à l’Euro a été abandonnée le 15 janvier dernier. Nous avons désormais suffisamment de recul pour dresser un premier bilan de la gestion de la BNS.

 

«C’est un tsunami» a déclaré Nick Hayek, Directeur Général de Swatch, après l’abandon du cours plancher de 1,20 CHF/EUR[1].

Ce plancher date de 2011, quand le CHF était surévalué par rapport aux autres devises à cause de la politique expansionniste américaine et de l’instabilité de la Zone Euro. Sa parité face à l’Euro était de 1,60 en 2008 ; il s’était déjà évalué de 25% lorsque la BNS a décidé d’intervenir[2].

Taux de change EUR/CHF Spot

graphique 1

Le 15 janvier 2015, elle a pris la décision surprise d’abandonner le cours plancher, anticipant les politiques plus conventionnelles de le Fed, et le recours de la BCE à du quantitative easing. De cet écart, elle anticipe une demande plus forte sur le franc, et donc de nouvelles poussées à la surévaluation, qui l’auraient obligé à d’autres interventions massives pour maintenir le cours plancher. Or, la BNS, ne voulant pas augmenter encore son bilan, a refusé d’acquérir davantage de devises[3].

Logiquement, le franc s’est brutalement évalué de 15%, portant l’augmentation à près de 40% depuis 2008.

Consciente du risque pour son économie, la BNS a aussi abaissé de -0,25% à -0,75% le taux d’intérêt de détention des avoirs en CHF – celui de la BCE est de -0,30 depuis 2014. En renchérissant la détention de monnaie suisse, la BNS espère ainsi adoucir l’évaluation galopante.

Nous proposons un bilan critique de cette gestion.

Difficultés pour l’économie Suisse

La balance des transactions courantes suisse est traditionnellement excédentaire : l’économie suisse exporte plus qu’elle n’importe. L’affaiblissement du coût de ses importations ne peut pas compenser le renchérissement de ses exportations. Leur dérapage va donc pénaliser tant l’industrie que le secteur financier.

Le secteur du tourisme, dont la compétitivité dépend du coût du service, libellé en CHF, face aux revenus des touristes, libellés en monnaies étrangères, souffre particulièrement[4].

L’avantage pour les Suisses frontaliers

Autour de la frontière, l’abandon du taux plancher satisfait les frontaliers: tirant leur revenu du travail en CHF[5], ils ont tout ou partie de leur épargne en francs suisses, qui s’est donc appréciée d’autant par rapport à l’euro[6]. Ils ont de plus le choix de réaliser une grande partie de leurs dépenses usuelles en euros ou en francs. Dès lors, leur revenu et leur épargne, restés les mêmes en valeur absolue, traduisent un enrichissement relatif.

Déséquilibre des opérations exposées au franc

Inversement aux frontaliers, les ménages non suisses (Zone Euro par exemple) qui ont leur revenu en euros, mais dont les dettes sont libellées en CHF subissent la variation. Parallèlement à la hausse du franc, les mensualités de leurs prêts ont augmenté jusqu’à 40%. Ils étaient largement répandus en Europe de l’Est du fait des taux d’intérêts bas à l’époque, et de l’aversion des banques étrangères à s’exposer aux monnaies locales[7]. On trouve aussi les produits «HelvetImmo» en France[8] et «LuxCredit» en Allemagne[9]. La situation sociale est alarmante[10].

Taux LIBOR CHF 3 mois

graphique 2

A l’inverse, les prêts à taux variable indexé sur le Libor CHF 3mois, qui a dévissé suivant le taux de détention des avoirs à la BNS (pic à -0,854, avant de se redresser progressivement), sont avantageux: le «pur variable» est parfois passé sous zéro, la valeur du Libor dépassant la marge[11].

Enfin, sur les marchés financiers, les spéculateurs ayant parié sur la stabilité, voir la baisse du franc suisse ont vu leur prévision lourdement prises à revers[12].

Au vu des conséquences négatives du dérapage brutal du franc pour l’économie suisse et pour les centaines de milliers de ménages dans toute l’Europe, on peut se demander si la BNS tient pleinement compte de son économie nationale, de la confiance que les investisseurs placent dans sa monnaie ainsi que des conséquences sociales de sa gestion.

 

Jean-Edouard COURJON

Master 2 Droit des Affaires Internationales

Université Paris 2 Panthéon-Assas

Pour en savoir plus :

La politique monétaire de la BNS après la suppression du cours plancher, 107e Assemblée générale ordinaire des actionnaires de la Banque nationale suisse, Thomas J. Jordan Président de la Direction générale Banque nationale suisse Berne, le 24 avril 2015.

http://www.snb.ch/fr/mmr/speeches/id/ref_20150424_tjn

Brève allocution de Philipp Hildebrand le 6 septembre 2011 à l’occasion de l’introduction d’un cours plancher du franc vis-àvis de l’euro.

http://www.google.gr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.snb.ch%2Ffr%2Fmmr%2Fspeeches%2Fid%2Fref_20110906_pmh%2Fsource%2Fref_20110906_pmh.fr.pdf&ei=5cJ2VY-EFoLWU–ogYgM&usg=AFQjCNFKaeJIavhQhuaM-hVlcS99pO86PA&sig2=EyNMRkTiPu7irIKB9LULng&bvm=bv.95039771,d.d24

National Bank of Romania, An analysis on CHF-denominated loans, February 2015.

http://www.google.gr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.bnro.ro%2Ffiles%2Fd%2FPubs_en%2FStudies%2FE20150210Guv.pdf&ei=msJ2VeaXOcWPU6CWgJgP&usg=AFQjCNH1agYntIpE88Fc4JloLcxLmTtbUw&sig2=QT-sv61Vk9P-a4nGvUnpCw&bvm=bv.95039771,d.d24

Swiss National Bank Working Paper, Foreign Currency Loans – Demand or Supply Driven?, Martin Brown, Karolin Kirschenmann and Steven Ongena, 2011-2.

http://www.google.gr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.snb.ch%2Fn%2Fmmr%2Freference%2Fworking_paper_2011_02%2Fsource%2Fworking_paper_2011_02.n.pdf&ei=wsJ2VfPcLcL9UozsgIgO&usg=AFQjCNEfIvx7xy6ed-gkkLFiAcVUJNBQGA&sig2=wOoquS2WjgPpjihgURQJKQ&bvm=bv.95039771,d.d24

[1] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/01/15/20002-20150115ARTFIG00246-krach-en-suisse-le-patron-de-swatch-evoque-un-tsunami-pour-l-ensemble-de-la-suisse.php

 

[2]http://www.google.gr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.snb.ch%2Ffr%2Fmmr%2Fspeeches%2Fid%2Fref_20110906_pmh%2Fsource%2Fref_20110906_pmh.fr.pdf&ei=37N2VeyxHsrbUZSMgZgB&usg=AFQjCNFKaeJIavhQhuaM-hVlcS99pO86PA&sig2=NKGgPhDSDAO1NgN7XV8RTg&bvm=bv.95039771,d.d24

 

[3] http://www.snb.ch/fr/mmr/speeches/id/ref_20150424_tjn

 

[4] http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b9d3d3ac-bb96-11e4-b1aa-59105399a835/Menac%C3%A9_par_le_franc_fort_le_tourisme_suisse_implore_laide_f%C3%A9d%C3%A9rale

 

[5] http://www.directmatin.fr/economie/2015-01-15/franc-suisse-le-salaire-des-frontaliers-bondit-virtuellement-de-30-697903

 

[6] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/01/15/20002-20150115ARTFIG00327-suisse-pour-les-frontaliers-l-envolee-du-franc-c-est-noel-qui-continue.php

 

[7]http://www.google.gr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.snb.ch%2Fn%2Fmmr%2Freference%2Fworking_paper_2011_02%2Fsource%2Fworking_paper_2011_02.n.pdf&ei=L7R2VajuNcvbU7-YgegK&usg=AFQjCNEfIvx7xy6ed-gkkLFiAcVUJNBQGA&sig2=L9xHHOP7-q14D7Yt4Q0Etw&bvm=bv.95039771,d.d24

 

[8] http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-95443-affaire-helvet-immo-la-question-du-devoir-dinformation-et-de-mise-en-garde-du-banquier-1006247.php

 

[9] http://www.sueddeutsche.de/geld/fremdwaehrungs-kredite-verzockt-mit-dem-franken-1.2319948

[10] https://www.wsws.org/en/articles/2015/02/16/reva-f16.html

 

[11] Fréquent, par exemple, pour les frontaliers français : http://forum.frontaliers.io/t/libor-negatif-quel-impact-sur-nos-taux-variables/107

 

[12] http://www.reuters.com/article/2015/01/17/swiss-snb-everest-idUSL1N0UW0C920150117

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*