Achats en ligne : quand les offres se font plus alléchantes qu’elles ne le sont réellement

Print

La tendance est au e-commerce et les géants du net affichent des prix de plus en plus attractifs. A l’ère des nouvelles technologies, bon nombre de consommateurs privilégie les achats sur Internet. Les offres attrayantes proposent des réductions toujours plus alléchantes pouvant provoquer quelques achats compulsifs. Pourtant, d’après une étude menée par l’association de consommateurs UFC -Que choisir, il a été constaté que sur internet, dans 41% des cas, les réductions accordées sur des produits n’étaient pas justifiées. Les rabais proposés sont-ils réellement avantageux ?

Qu’est-ce qu’un rabais déguisé ?

L’Autorité de la concurrence définit les rabais comme une pratique commerciale courante dans tous les secteurs d’activité et qui permet au consommateur de bénéficier d’une remise sur un prix initial. Le but étant d’inciter les consommateurs à consommer davantage. L’arrêté du 31 Décembre 2008 [1] relatif aux annonces de réduction de prix à l’égard du consommateur, encadrait jusqu’à présent la fixation des rabais vis-à-vis des prix de référence. Les opérateurs devaient afficher leur prix de référence et ensuite définir leur calcul et leur période de réduction. Pour calculer les rabais, les opérateurs devaient soit se référer au prix le plus bas pratiqué par le vendeur au cours des trente derniers jours précédant l’ouverture de la promotion, soit fixer le prix conseillé par le fabricant ou l’importateur.

Toutefois, ces méthodes de calcul ne sont plus applicables depuis mars 2015, du fait de l’application de la directive européenne 2005/29 du 11 Mai 2005[2], qui dispose que « toute annonce de réduction de prix est licite sous réserve qu’elle ne constitue pas une pratique commerciale déloyale ». Cela signifie que l’opérateur est désormais libre de fixer son prix, et de calculer une remise sur une base quelconque.

Les rabais, une pratique anti-concurrentielle ?

Récemment, dans son rapport, l’UFC -Que choisir a démontré que les prix affichés étaient gonflés par les opérateurs de façon à effectuer un rendement plus élevé sur ces soi-disant « réduction »[3]. A titre d’exemple, les lave-linge en moyenne affichent une réduction de près de 25% alors qu’en réalité la réduction tourne autour de 0,9%  si l’on se réfère au prix de référence usuel. De la même façon, les téléviseurs affichent jusqu’à -20% en moyenne, alors que la réduction réelle n’est que de 5%. [4]

Ces pratiques déloyales constituent des rabais déguisés, qui portent atteinte à la libre concurrence et ont un véritable impact sur le marché réel de la consommation. Finalement, le particulier est obligé de se fier à la valeur affichée du produit sans pouvoir vérifier son prix de référence.

Si la directive européenne récemment adoptée préconise la liberté, elle a aussi pour objectif de mettre sur un même pied d’égalité tous les pays de l’Union dans le domaine de la concurrence. Toutefois, elle semble laisser la porte ouverte à une pratique commerciale déloyale et anti-concurrentielle. En effet, si le consommateur n’est pas véritablement renseigné , les opérateurs peuvent fausser la concurrence sans se voir inquiété.

Que faire en tant que consommateur ?

L’UFC -Que choisir incite à « comparer les prix de la concurrence ». Autrement dit, à parcourir plusieurs sites internet, avant d’effectuer un achat. Ce qui est sûre, c’est qu’en aucun cas le consommateur ne pourra vérifier si son achat est rentable au vu du prix initial. Il devra se fier uniquement au prix de référence librement affiché par les opérateurs. Alors, sortez vos calculatrices !

Mathilde Ralambomiadana

 

[1] Arrêté du 31 Décembre 2008 relatif aux annonces de réduction de prix à l’égard du consommateur, Légifrance.fr

[2] Directive 2005/29 du 11 Mai 2015 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur, Légifrance.fr

[3] Rapport de l’UFC -Que choisir: Les promesses non tenues des prix barrés

[4] Antonin Perrin, « Rabais déguisés sur le web: »Ne pas tenir compte des prix barrés, faire comme s’ils n’existaient pas », BFMTV, 17/12/15

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*